De l’éducation et du caroubier…

14 11 2007

Je dois faire mon méa-culpa : dans les domaines de l’enseignement et de l’éducation, je me rends compte que je suis d’une ignorance qui me fait rougir de honte. Non pas que le sujet me désintéresse ni qu’il me barbe, mais les faits sont là, tétus, je ne m’y retrouve absolument pas. Je m’y perds. Le sujet me fait l’effet d’un véritable labyrinthe. Je suis perdu. Je ne retire aucun élément de cohérence…aucune tendance ne s’offre à mes yeux. J’ai plutôt l’impression que le débat laisse planer le sentiment d’une profonde confusion.

Je sais également que ce n’est pas un déficit de communication sur ces deux sujets qui fonde mon ignorance. Car, paradoxalement, il se trouve que ces deux questions font partie de celles qui sont les plus débattues sur la place publique. On parle énormément et souvent d’éducation et d’enseignement. Normal, me diriez-vous…L’avenir est en grande partie à ce prix. De la qualité des systèmes introduits aujourd’hui en matière éducative dépendra étroitement la capacité de notre pays à se faire, demain, une place dans le village planétaire qui se construit.

Mais là, j’ai l’impression toute personnelle que quantité ne rime pas avec qualité. Peut-être aurait-on mieux fait d’en parler moins…mais d’en parler mieux…de ne pas jouer de la langue de bois. Peut-être aurait-on mieux fait d’en parler moins…mais d’en faire plus.

Pour tout vous dire, je ne sais même plus faire la distinction entre les différents niveaux scolaires : faut-il parler d’une sixième, d’une classe d’observation, d’une première année secondaire, d’une première année de collège … je suis dans l’obscurité la plus totale. Est-ce la faute à mon ignorance ? Suis-je donc pathologiquement hérmétique au sujet ? Ou bien n’est-ce là que le résultat logique des  »innovations » à répétition introduites, au fil des rentrées scolaires, par les uns et par les autres, par cette armée de visionnaires qui se succèdent à la responsabilité et qui, indubitablement, remettent en cause les réformes initiées par leurs prédecesseurs pour, à leur tour, en initier de nouvelles. Est-ce donc cette tendance mécanique à faire table rase du passé et tout reconstruire à nouveau qui produit la confusion ? 

Les réformes se suivent. Des plans se mettent en place. Mais nuls résultats perceptibles. Le constat, au contraire, est grave. Au sortir de l’université, il est difficile de trouver un emploi. Comme si tout d’un coup, deux mondes coupés l’un de l’autre, se rencontraient dans un choc extrêmement violent. Pire est la situation, vous l’imaginez bien, de ceux qui quittent précocément la bulle.

Qu’il est pénible de voir ces docteurs chômeurs défiler, désespérés de ne pas pouvoir trouver un emploi. L’illustration éloquente de l’échec du système. Former des générations de jeunes sans s’appliquer à leur garantir les conditions d’une insertion naturelle dans le monde du travail relève de la véritable catastrophe. Quel gâchis ! Un docteur au chômage est une insulte faite à l’intelligence.

Savez-vous que lorsque vous plantez un caroubier, il vous faut attendre dix ans avant d’en récolter les premiers fruits ? Ainsi va-t-il de l’éducation…longtemps encore, nous continuerons de récolter les fruits gâtés de nos mauvaises semences…et bien lointain encore est le moment où les bonnes graines produiront leurs effets. Encore faut-il que nous semions ces graines sans attendre. Ici, le temps n’est pas d’or…il est de diamant.

La démarche apparaît pourtant simple et que l’on ne nous oppose surtout pas des considérations liées aux moyens. Le chantier peut démarrer avec les moyens du bord. L’ambition peut et doit être raisonnable. Le tout est de commencer, armés d’une volonté puisée au plus profond de nos tripes. La bataille est décisive. Elle seule peut nous aider à relever les défis du monde qui se dessine. Pour la conduire avec efficacité, il suffit de répondre à quelques questions seulement : Quel diagnostic peut-on faire de la situation ? Quels enseignements peut-on tirer de l’histoire ? Dans le monde qui se dessine, quel rôle veut-on jouer ? Pour jouer ce rôle, de quels atouts humains devons-nous disposer ? Dans une logique de croissance démographique, comment pouvons-nous  prendre en chargé le phénomène d’accroissement naturel de la population ? Et, pour terminer, quelle ressources sommes-nous disposer à mobiliser pour conduire à bien cette bataille ? 

La noblesse de l’action politique est qu’elle est éminemment désintéressée…Quand elle contribue à améliorer les conditions de vie de générations qui, parfois, n’ont toujours pas foulé le sol de notre planète ou qui en demeurent encore au stade de porter des couches-culottes, l’action politique acquiert alors toutes ces lettres de noblesse.

Plantons donc aujourd’hui, sans attendre demain, le caroubier dont nos enfants dégusteront les fruits dans dix ans. Le plaisir est parfois à ce prix.


Actions

Informations



Une réponse à “De l’éducation et du caroubier…”

  1. 28 11 2007
    Maestro (23:20:17) :

    Une conférence internationale est tenue dans notre école cette semaine.
    D’abord on a été privé d’y continuer nos cours pr le refaire.
    Depuis le début de la rentrée, on assistait au cours sans que la lumière n’y soit bien ajustée. Mais là, ampoule toute neuve avec leur cartons jeté ds le 1er rang. Si c’est une bonne provocation, elle l’était bien…
    Quelques murs repeints, ceux aussi de l’entrée, rideaux refaits aussi…

    Pour faire un saut de cette situation à une autre, je tiens à préciser que nos chers politiciens, et je parle de la plupart, envoie leur progéniture à l’étranger pr continuer leurs études supérieures… Le reste se débrouille et comme moi, tombe sur une formation qui rapporte de l’or! Donc je ne m’en plains pas…

    Pour ce qui est de la qualité, je pense que nos écoles, collèges, lycées et universités devraient se privatiser pr que ça soit plus rentables ici 10 ans!

    Comme je l’entends souvent autour de moi, « on n’a qu’à vendre tout le Maroc » C’est péjoratif mais qu’est ce qu’on a à faire? Rester les bras croisés? Oh que non.

    Je dis aussi que c’est grâce à des minorités que le Maroc tient encore!

Laisser un commentaire




Communication NonViolente -... |
ma vision des choses!!! |
µTime |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | robert robertson
| Le VP Marie-Victorin
| TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU...