• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 23 novembre 2007

Devoir conjugal

23112007

L’expression est étonnante. Le recours à la notion de devoir, en l’occurrence, peut laisser perplexe. La notion de devoir fait appel à une dimension coercitive. L’élève est dans l’obligation de faire ses devoirs. Il est obligé de les présenter à la date fixée. Et s’il ne le fait pas, cela peut lui valoir une punition. Faire un devoir n’est quasiment jamais une partie de plaisir.

A cet égard, quand on dit devoir, on pense à contrainte. On rechigne à faire un devoir. On ne le fait que par crainte de la réprimande et de la sanction.

Mais qu’est-ce que tout cela peut avoir comme lien avec le domaine conjugal ? En connaissez-vous beaucoup, vous, qui rechignent à se plier à leur devoir conjugal ? Et puis parler de « se plier » est purement impropre puisque l’acte amoureux est à l’antipode de ce qui pourrait être vécu comme une contrainte. Comment, dans ces conditions,  assimiler la recherche du bonheur à un devoir ou à une charge contraignante.

La formule est tout simplement absurde et le plus étonnant est qu’elle fasse partie du langage commun, sans que personne ne s’en étonne ni ne s’en offusque…







Communication NonViolente -... |
ma vision des choses!!! |
µTime |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | robert robertson
| Le VP Marie-Victorin
| TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU...