Devoir conjugal

23 11 2007

L’expression est étonnante. Le recours à la notion de devoir, en l’occurrence, peut laisser perplexe. La notion de devoir fait appel à une dimension coercitive. L’élève est dans l’obligation de faire ses devoirs. Il est obligé de les présenter à la date fixée. Et s’il ne le fait pas, cela peut lui valoir une punition. Faire un devoir n’est quasiment jamais une partie de plaisir.

A cet égard, quand on dit devoir, on pense à contrainte. On rechigne à faire un devoir. On ne le fait que par crainte de la réprimande et de la sanction.

Mais qu’est-ce que tout cela peut avoir comme lien avec le domaine conjugal ? En connaissez-vous beaucoup, vous, qui rechignent à se plier à leur devoir conjugal ? Et puis parler de « se plier » est purement impropre puisque l’acte amoureux est à l’antipode de ce qui pourrait être vécu comme une contrainte. Comment, dans ces conditions,  assimiler la recherche du bonheur à un devoir ou à une charge contraignante.

La formule est tout simplement absurde et le plus étonnant est qu’elle fasse partie du langage commun, sans que personne ne s’en étonne ni ne s’en offusque…


Actions

Informations



5 réponses à “Devoir conjugal”

  1. 23 11 2007
    Docteurho (12:49:22) :

    Bonjour

    C’est avec un grand plaisir que je lis ton blog pour la première fois mais saus doutes pas la dernière et pour l’occasion, au titre de ce billet je n’ai pas drand chose à ajouter.
    Cependant, et de l’autre coté de l’expression, qui est certes un peu exigüe il y a une connotation de responsabilité. Loin de la notion du sous-entendu punition et obligation, le devoir conjugal peut etre apprecié comme une allusion à la responsabilité allouée à l’un comme à l’autre des deux prétagonistes; un tantinet plus du coté de l’homme que de la femme.
    Dans notre patrimoine musulman, le mot alwajib azzawji est equivalent à Al ajr. Ainsi, et à chaque fois que l’homme honore son épouse, il a des Hassanate, pour des raisons qu’on connait tous et qui ne peuvent pas tenir dans une lise exhaustive.
    Maintenant, en faire un calvaire, est une chose très subjective, car cela dépend de la manière dont on conçoit son approche du terme. Personnellement, je n’ai aucun mal à accepter ce terme et l’assimiler proprement à mes conviction et à ma manière de vivre ma vie de couple.
    Encore est-il que chacun ets libre d’appeler ça comme il veut et de critiquer les sous-entendus qui ne sont parfois que des idées reçues nées d’une frustration quelconque.
    Mais discuton toujours…

  2. 23 11 2007
    jaouad (15:13:31) :

    Je suis ravi de t’accueillir sur ce blog, Docteur. Je suis d’accord avec toi mais dans mon esprit j’ai placé la formule dans le contexte occidental. Il est vrai que dans notre culture, la formule garde tout son sens et ne prête pas à confusion puisqu’il est fait référence aux obligations réciproques des époux.

  3. 25 11 2007
    5estrellas (23:13:35) :

    Quand on est marié a une mégère moche et mal odorante ou a l’inverse quand une femme partage le lit d’un porc puant et impoli, là c’est pire qu’une corvée c’est un vrai calvaire je dirais même que c’est carrément La via dolorosa! Ceci dit permet moi de formuler mon point de vu sur la chose! Il est bien évident sauf dans des cas exceptionnels que les deux partenaire s’attendent a jouir d’une certaine plénitude sexuel a un degré ou a un autre ce qui est tout a fait légitime , surtout durant les 26 mois de miel c’est a dire lorsque les hormones obstruant le bon fonctionnement de la capacité a la critique et au jugement du partenaire sont encore en activité (lol) non au sérieux; le fait de satisfaire le partenaire est un devoir qui nous incombe a son endroit donc on doit être agréable, propre et bien soigné pour procurer a l’autre la satisfaction qui lui est du afin qu’il ne va pas voire ailleurs juste pour parer a une carence charnelle! Au fait le bon accomplissement du voire peut bien procurer plaisir profond.

  4. 30 11 2007
    5estrellas (23:39:55) :

    Merçi de repondre au x coms de tes lecteurs!!!!!!

  5. 21 03 2008
    julie (19:16:46) :

    le devoir conjugal fait partie des « obligations » entre époux, et à l’époque des mariages de convenances, l’acte sexuel était le passage « obligé » pour assurer une descendance. il y avait surement d’autres causes à cela (mais lesquelles?? c’est la question que je me pose car je doit rédiger un mémoire sur les devoirs et obligations en matière familiale! (si vous avez des idées…lol)) mais aujourd’hui en France on ne peut plus parler de « devoir » car il n’y a plus de sanction de ce devoir. en effet le viol entre époux est reconnu pénalement, donc c’est le recours à la contrainte qui est sanctionné et non plus la non exécution de ce « devoir »..

Laisser un commentaire




Communication NonViolente -... |
ma vision des choses!!! |
µTime |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | robert robertson
| Le VP Marie-Victorin
| TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU...