De l’opportunité de créer un nouveau parti

24 01 2008

On raconte que le paysage politique marocain est moribond, qu’il est comme en hibernation. On dit que les partis politiques ont perdu une grande partie de leur crédit. Que cela tient au fait qu’ils se sont souvent transformés en de véritables fonds de commerce où seul l’espérance de vie détermine la durée du contrat de gérance et où le personnel n’est fidèle que dans la mesure où le statut qui lui est réservé lui apporte maints avantages. On est donc bien loin de l’image de l’auberge espagnole où l’on ne trouve que ce que l’on veut bien apporter. En fait, tout cela semble bien vrai.

Tout cela est même tant et si vrai que lors des dernières élections, les partis les plus en vue, les partis historiques se sont vus infliger de véritables corrections. Le constat est implacable. La confiance est, dans la conjoncture actuelle, perdue. La question posée est donc de savoir comment réparer la cassure…comment ressouder les morceaux et rétablir le lien ?

Mais avant de réparer la panne, aussi convient-il d’en identifier l’origine. Car il ne faut surtout pas se tromper de cible. Agir ailleurs que sur les véritables causes du problème ne servirait finalement à rien.

J’entends donc qu’à travers une initiative récente, des personnalités venant d’horizons divers envisagent de constituer un nouveau parti politique. Une telle information m’étonne dans le contexte tant et tant décrié de la balkanisation du paysage poltique marocain et de son éclatement. 

Est-ce donc là la bonne solution ? Le remède miracle passerait-il par la création d’un nouveau parti, comme s’il n’y en avait pas déjà suffisamment ?

Penser cela, c’est exprimer quelque part du mépris pour les militants sincères qui militent dans les rangs des différentes formations politiques. Entre l’état d’esprit d’un militant, sa vision du monde, ses ambitions citoyennes et le discours officiel de sa famille politique, il y a souvent un monde. Un parti politique, en soi, est un instrument neutre. L’instrument devient sujet à la critique lorsque l’usage qui en est fait trahit l’ambition qui en a motivé la création et l’esprit qui doit en animer le fonctionnement. Ce n’est pas au contenant de subir la critique lorsque c’est au contenu qu’il faut imputer le mal.

La solution n’est donc pas dans le remplacement du récipient. Elle est dans la nécessité d’en renouveler le contenu. Pour cela, la recette est simple … l’exercice d’une démocratie véritable à l’intérieur des partis et le respect des règles qui en régissent le fonctionnement. Quant aux idées, on en a fait le tour. C’est de l’art de transformer ces idées en actions concrètes que l’on devrait donc parler, l’art de faire entendre les voix citoyennes.

Aujourd’hui, plus que de tout, c’est donc de réformer les partis que l’on a besoin. Et pour les réformer, il paraîtrait plus judicieux de le faire de l’intérieur de ceux qui existent déjà. Comme il y en a pour tous les goûts et que toutes les couleurs y sont déclinées, pourquoi donc ne pas intégrer un de ces partis plutôt que d’en créer un nouveau ? Cela ne ferait qu’ajouter à la confusion actuelle.

 

  


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Communication NonViolente -... |
ma vision des choses!!! |
µTime |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robert robertson
| Le VP Marie-Victorin
| TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU...