• Accueil
  • > Archives pour octobre 2008

« La main invisible »

24102008

Il suffit de le laisser faire. Il a l’intelligence innée. S’il ne subit aucune interférence, lui seul est capable d’assurer l’équilibre. Lui, c’est le sacro-saint marché, cette illusion théorique chère à nombre d’économistes.  C’est au nom de telles certitudes qu’à l’interventionnisme des Etats, on a préfère la dérégulation, le désengagement. Il faut laisser faire le marché, nous a-t-on tant et tant répété. Ce n’est qu’à cette condition que la machine économique tournera au mieux des intérêts de tous. La seule confrontation libre de l’offre et la demande suffira à garantir le bien être collectif. Les déséquilibres ne sont jamais durables. Sitôt apparus, sitôt ils disparaîtront du fait des réactions rationnelles des uns et des autres aux signaux émis par le marché.

Tout est donc apparemment pour le mieux dans le meilleur des mondes. La rationnalité et l’optimisation aidant, l’humanité peut dormir tranquille. Dans son infinie bienveillance, la main invisible s’occupera de tout.

Sauf que depuis quelques semaines la descente aux enfers de l’économie mondiale n’est pas pour donner raison à ces gouroux de la théorie économique. L’actualité, au contraire, indique que leurs prêches ne sont pas sans rapport avec le désastre qui frappe l’économie mondiale. Certains ont même préconisé la traduction de ces théoriciens de la débacle devant la cour pénale internationale pour crime contre l’humanité. Et la proposition est loin d’être indécente lorsque l’on mesure les conséquences de la crise actuelle sur le niveau de vie déjà désastreux des populations les plus fragiles de la planète. La flambée des prix d’un grand nombre de produits de base est un véritable coup porté au dos de ceux qui, aux quatre coins du monde, souffrent de famine chronique.

Cela dit, les pauvres épargnants américains, français ou britanniques n’ont pas été logés à une meilleure enseigne. Depuis le déclenchement de la crise, ils voient leurs économies fondre à vue d’oeil, induits en erreur par ceux qui leur avait expliqué que le boursicotage est la panacée du rendement financier. La belle supercherie lorsque l’on sait que le cours d’une action n’est pas fixé comme l’on fixe le prix d’un tube de dentifrice. Le cours d’une action, c’est un secret de polichinelle, peut faire l’objet de manipulations malveillantes sans que personne ne s’en rende compte. Ce n’est certainement pas sans raisons que le droit a consacré la notion de délit d’initié.

Ils ont donc belle allure de publier leur compte comme les y contraint la loi … encore faudrait-il que l’épargnant lambda soit en mesure de les décortiquer, ces hiéroglyphes. L’inutilité de ces publications obligatoires me fait tristement penser à tous ces arbres que l’on a du sacrifier pour produire le papier nécessaire à ces publications, sans que cela n’en vaille véritablement la peine. 

A bien réfléchir, je finis par me dire qu’elle a bien de la chance d’être invisible, cette fameuse main, car si elle ne l’était pas … je n’aurais pas hésité à la trancher pour que cessent les désastres qu’elle produit.

 

 




Du rôle des intellectuel(le)s…

23102008

Machiavel ne croyait pas si bien dire lorsqu’il expliquait dans « Le Prince » que les hommes et les femmes qui forment l’humanité ne présentent pas un profil intellectuel uniforme. Une évidence, pourriez-vous rétorquer à une telle affirmation. Certes, mais il existe des évidences qu’il est bon parfois de rappeler. Abondant dans son idée, il ajoutait que les individus pouvaient être répartis en trois groupes. Il y a tout d’abord ceux qui comprennent par eux-mêmes. Il y a ensuite ceux qui ne comprennent qu’à l’aunes des démonstrations apportées par les premiers. Et il y a enfin ceux qui ne comprennent ni par eux-mêmes, ni par le secours d’autrui.

Cette typologie des intelligences est universelle. Elle n’est pas le lot exclusif d’un pays ou d’un groupe en particulier. Ces trois catégories d’individus cohabitent partout où vous vous déplacerez … à cette différence près qu’elles coexistent dans des proportions qui varient selon que l’on se situe sous un tropique ou sous un autre.

Mais dans tous les cas, il semble donc que l’intervention des individus relevant du premier groupe soit impérative pour la bonne conduite de tout projet, de quelqu’ordre qu’il soit … qu’il soit politique, économique, social ou culturel. Conduire un projet consiste tout d’abord à en définir les contours. Il consiste ensuite à en justifier la légitimité. Il requiert enfin de susciter l’adhésion de tous ceux qui entretiendront un rapport direct ou indirect avec le projet.

Autant préciser que ce qui vaut pour l’ouverture d’un chantier donné le vaut tout aussi bien lorsqu’il conviendra de militer pour l’abandon d’un autre chantier qui se serait avéré contre-productif.

Or, comme les navires ont besoin d’un phare pour repérer la côte en cas de mauvais temps, les individus, dans leur grande majorité, et pour les raisons rappelées par Machiavel, ont besoin d’intellectuels pour leur indiquer la voie. Il va de soi que l’on doit penser ici aux vrais intellectuels, ceux-là qui sont en souffrance personnelle lorsqu’ils se penchent sur l’état du monde ou de l’humanité. Ceux-là ont la vertu de poser les bonnes questions. Et souvent cela suffit pour que de l’ombre surgissent les réponses. Ceux-là ne s’érigent pas en doctes donneurs de leçon. Parce que les donneurs de leçons sont souvent et paradoxalement médiocres. Ils courent les rues et remplissent les pages de médiocres tabloïds qui ne satisfont que leur seul égo. 

Peut-être donc que la lumière jaillira lorsque, après les avoir repérer, les feux des projecteurs se braqueront sur nos intellectuels. Peut-être ne sommes-nous pas assez conscients du rôle qu’ils pourraient jouer pour l’émancipation de nos sociétés. Et si, enfin, on se mettait à les écouter ? Cela vaudrait en tout cas mieux que de continuer de subir la pollution produite par ceux-là qui sont passés maîtres dans la gymnastique pitoyable du ragot … ceux-là dont le sport favori est de regarder à travers le trou des serrures. Au diable donc les voyeurs ! Et que vivent les intellectuel(le)s !







Communication NonViolente -... |
ma vision des choses!!! |
µTime |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robert robertson
| Le VP Marie-Victorin
| TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU...