Mes héros … à moi.

28 10 2010

Ils sont là, omniprésents. Quelque soit le magazine que vous feuilletez, le journal dont vous faites défiler les pages ou la chaîne de télé que vous regardez, la probabilité est grande pour que vous les y croisiez. Ils font quotidiennement la une de l’actualité. Ils feraient presque toute l’actualité à eux seuls. Généralement, on les présente par groupe de cent. Ce sont les “cent” qui font bouger le monde. Leurs photos font la une des quotidiens. D’une année sur l’autre, il arrive que quelques visages disparaissent pour céder la place à de nouveaux visages…par une alchimie qu’un profane aurait du mal à déchiffrer.  

Mais la tendance reste lourde. Ce sont grosso modo les mêmes têtes qui s’offrent à nos regards, répétitives. Les surprises sont rares. Les surprises n’arrivent que pour mieux faire admettre la continuité, pour mieux la justifier.

Et de ces visages, dois-je l’avouer, je suis las. Que l’on veuille absolument nous faire prendre des vessies pour des lanternes m’afflige profondément. Qu’à force de matraquage d’images, on veuille nous inculquer, insidieusement, l’idée que les meilleurs d’entre sont très précisément recensés et identifiés me désespère. Que par ricochet, on en vienne à nous “rassurer” sur notre médiocrité relative et notre quasi-inutilité me consterne. Cette vérité imposée provoque en moi un sentiment de profond découragement.

Car ma conviction est ailleurs. Ceux-là qui apportent véritablement des choses positives à leurs semblables agissent hors les feux des projecteurs. Leur souci véritable de l’efficacité et leur abnégation sincère ne leur laissent pas le temps de se prêter à des séances photos. De ces gens là, on ne parle quasiment jamais. Et je les soupçonne d’être si nombreux que je considère que de les ignorer constitue une véritable injustice, pour ne pas dire une insulte.

Je suis impressionné par le dévouement de ces jeunes instituteurs qui, dans l’accomplissement de leur mission, acceptent de se fixer dans les régions les plus enclavées du pays pour prendre en charge l’éducation de jeunes enfants qui, autrement, resteraient livrés à eux-mêmes…un véritable sacerdoce. Je pense aussi, dans les mêmes termes et avec la même admiration, à ces professionnels de la santé qui s’acquittent de leurs tâches à dos de mulets pour prodiguer leurs soins à ceux de nos compatriotes qui vivent dans certaines des régions les plus inaccessibles de notre pays. Et ils sont bien d’autres encore à se rendre utiles et de diverses manières.

J’ai également en mémoire le visage de certains de ces “Marocains d’ailleurs” auxquels une chaîne de télévision nationale a eu l’intelligence de consacrer une bienheureuse émission, des Marocains qui, pour un grand nombre et dans de multiples domaines, font autorité au niveau mondial. Mais il est bien vrai que ceux-là, bien trop occupés par leurs travaux de laboratoire et la préparation de leurs communications scientifiques, se désintéressent totalement de la médiatisation de leur image. L’essentiel, pour eux n’est pas là…il est dans l’efficacité et la capacité à apporter une contribution réelle à l’humanité, à quelqu’échelle que soit cette contribution.

S’il est donc une liste à laquelle je voudrais rendre hommage ici, c’est celle des trentes millions de marocains, exclusion faite des cents que l’on connaît déjà.  Ceux-là, qui dans la discrétion et le labeur quotidien apportent, à chaque instant et au moment même où je cherche mes mots, leur petite pierre à l’immense édifice que la communauté s’attache à bâtir. A ceux-là qui se trouvent occupés dans les champs, sur un chantier de construction ou ailleurs, je voudrais dire que, pour moi, ce sont eux qui font le monde. Ce sont eux…les véritables êtres providentiels.   

 


Actions

Informations



Une réponse à “Mes héros … à moi.”

  1. 29 10 2010
    eva baila (08:23:45) :

    Tu as bien raison de rendre hommage à ces 30 millions de Marocains pendant qu’il en est encore temps : en France la notion de « vocation » est tombée complètement en désuétude… Les instit’ ne sont plus instit » mais « Professeurs des écoles » (ils ont renoncé à apprendre à lire et écrire aux petits français, qui sont envoyés par brassées entières au collège sans même connaître l’alphabet), les médecins, non seulement ne se dérangent plus la nuit (ni même dans la journée) mais bientôt donneront leurs consultations sur internet, quant aux chercheurs, ils s’en vont tous chercher aux Etat Unis (El dorado de tout aux yeux des Français !)… Rendons hommage à ceux qui restent…

Laisser un commentaire




Communication NonViolente -... |
ma vision des choses!!! |
µTime |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robert robertson
| Le VP Marie-Victorin
| TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU...